Réussite de la manifestation à Carrières-Sous-Poissy

Publié le 27 Mars 2014

Manifestation du SDPM à Carrières-Sous-Poissy le 27 mars 2014.
Manifestation du SDPM à Carrières-Sous-Poissy le 27 mars 2014.
Manifestation du SDPM à Carrières-Sous-Poissy le 27 mars 2014.
Manifestation du SDPM à Carrières-Sous-Poissy le 27 mars 2014.
Manifestation du SDPM à Carrières-Sous-Poissy le 27 mars 2014.
Manifestation du SDPM à Carrières-Sous-Poissy le 27 mars 2014.
Manifestation du SDPM à Carrières-Sous-Poissy le 27 mars 2014.
Manifestation du SDPM à Carrières-Sous-Poissy le 27 mars 2014.
Manifestation du SDPM à Carrières-Sous-Poissy le 27 mars 2014.

Manifestation du SDPM à Carrières-Sous-Poissy le 27 mars 2014.

Le S.D.P.M (Syndicat de Défense des Policiers Municipaux) tient à remercier les quelques 50 manifestants policiers municipaux appuyés par des adminitrés venus soutenir aujourd'hui le Chef de service de la police municipale de Carrière-Sous-Poissy (Yvelines).

C'est une véritable réussite pour une manifestation d'intérêt local.

Rappelons que le Chef de service de police municipale a été placardisé en 2012 pour avoir contesté l'ordre du maire qui voulait que les A.S.V.P soient incorporés aux patrouilles de police municipale.

Cette manifestation est pour le S.D.P.M une réussite puisque le but était de médiatiser l'événement afin d'attirer l'attention des pouvoirs publics d'une part, et de mettre en garde les Elus locaux qui laisseraient perdurer de graves dysfonctionnements au sein leur service de police municipale après en avoir été alertés par le S.D.P.M, d'autre part ; Certaines communes sont d'ores et déjà dans la la ligne de mire du S.D.P.M.

La presse écrite était bien présente ce matin. L'événement a été couvert par Le Parisien, le journal de Mantes, le journal des Yvelines et le journal des 2 Rives de la Seine.

Par cette action et d'autres à venir, le S.D.P.M souhaite alerter le Ministre de l'Intérieur, les Préfets et les Procureurs de la Républiques sur les dérives graves qui lui sont dénoncées par les policiers municipaux et trop souvent gardées sous silence par ces derniers par crainte de représailles.

Bien évidement Eddie AIT, Maire de Carrière-sous-Poissy, a réagi par anticipation. Une manipulation politique selon lui.

Il y a un point sur lequel l'élu local est particulièrement doué ! Il ne parle pas de choses qui pourraient le mettre mal à l'aise et il se laisse aller à une certaine forme d'intox. Peut-être a-t-il oublié la pétition signée par les agents de police municipale de sa commune ? 

Il semble que l'Edile puisse anticiper sur les décisions de la Juridiction Administrative que le S.D.P.M a saisi et en plus il semble qu'il aurait oublié que sa demande de sanction grave (rétrogradation) concernant son Chef de police a été rejetée par le Conseil de discipline. 

Le Maire a dû aussi oublier que "l'affaire" pour envoyer le Chef de service de sa police municipale devant le Tribunal correctionnel pour des prétendus faits de violence contre un adjoint a échoué ; le responsable du service, adhérent du SDPM, a été relaxé et le Maire déclare qu'il n'y a pas de « harcèlement » ?! En tout cas, il y a bien une forme d'acharnement !

Le Maire évoque le "passif" du chef de service : cette désinformation est particulièrement grave, car le Conseil de Discipline a bel et bien déjà rejeté cet argument faisant valoir que rien n'était inscrit à ce sujet sur son dossier administratif !

Par ailleurs, M. AIT semble bien mal informé. Quand un agent municipal  de Carrière-sous-Poissy vient à la manifestation organisée par le S.D.P.M. couvert d'une perruque et d'un bonnet avec des lunettes de soleil sur le nez, un col de blouson relevé jusqu'aux dessus des oreilles, cela peut donner un aperçu du climat qui semblerai en effet régner dans cette administration communale.

Qu'il en déplaise au Maire des anciens élus de sa propre majorité, des Carriérois (es) et des policiers municipaux d'Ile de France ont fait le déplacement pour soutenir un Policier Municipal injustement mis au placard et lourdement sanctionné.

Une sanction pour l'Edile municipale !

Enfin, la laborieuse argutie prétendant que le SDPM aurait des intérêts politiques est vaine. Le SDPM n'est ni de droite, ni de gauche : il est du côté des Policiers Municipaux. Nous en voulons pour preuve nos contentieux qui frappent toutes les communes sans distinction des étiquettes.

 

Le Bureau National du S.D.P.M.

Rédigé par SDPM

Publié dans #communiqués SDPM

Repost 0