Vidéo : interview du Secrétaire Général du SDPM à Carrières-Sous-Poissy

Publié le 28 Mars 2014

Interview de Richard Mousset, Secrétaire Général du SDPM, par le Journal des 2 rives

Carrières-sous-Poissy

Le chef de la police municipa​le dénonce sa placardisation

Depuis plus de deux ans, le chef de la police municipale de Carrières-sous-Poissy est en froid avec le maire de la commune. Il a reçu le soutien jeudi de son syndicat.

Une cinquantaine de policiers municipaux se sont rassemblés jeudi pour soutenir le responsable de la PM de Carrières-sous-Poissy. Depuis plus de deux ans, le torchon brûle entre cet homme, arrivé d’Asnières fin 2011, à tel point que ce dernier parle de “placardisation”.

Jeudi, ils étaient plusieurs policiers municipaux des Yvelines mais aussi du Val d’Oise et de Seine-Saint-Denis à défendre une profession où les conditions de travail varient sensiblement selon que les agents s’entendent ou pas avec leur responsable administratif, en l’occurrence le maire.

Le SDPM (syndicat de défense des policiers municipaux) dénonce « une tension montée d’un cran entre le SDPM et le maire de la commune». «En février 2012, il est suspendu de ses fonctions pour quatre mois puis quatre mois, sans procédure disciplinaire, pour s’être opposé à l’édile qui voulait que les agents de surveillance soient associés aux patrouilles de jour et de nuit de la PM, ce qui est totalement interdit par la loi.»

De fil en aiguille, le climat devient délétère entre l’employeur et l’employé assisté du SDPM. Lors d’un conseil de discipline, la révocation de l’agent est refusée. Quelques temps plus tard, le chef de service est convoqué au commissariat de police puis placé en garde à vue pour des prétendues violences commises sur un adjoint au maire lors d’entretiens…Il est finalement relaxé des chefs d’inculpation. Nous dénonçons le comportement de cette administration (la mairie) à l’encontre d’un agent de PM qui refuse de travailler dans l’illégalité.»

Le maire Eddie Aït dénonce «une manipulation politique grossière » et conteste un quelconque  « acharnement contre cet agent et d’ajouter : «Il ne peut être passé sous silence que cette « manifestation » n’est pas organisée à quarante-huit heures du 2ème tour des élections municipales par hasard, et ce d’autant plus qu’une candidate du premier tour des élections municipales, tout en ignorant tout de la situation précise de l’intéressé, lui affiche publiquement son soutien aux seuls fins de jeter le discrédit sur la municipalité et de créer la confusion. Il est enfin très regrettable qu’un syndicat, neutre politiquement en théorie, soit à l’initiative de cette manifestation, organisée encore une fois entre les deux tours des élections municipales…»

Et de conclure : « Nous indiquons que cette initiative, dont l’objectif ne leurre personne, n’a naturellement rencontré aucun écho auprès des agents de la Ville et en particulier auprès de ceux de la Police municipale. »

Carrières-sous-Poissy, 78

 

www.courrierdesyvelines.fr

Rédigé par SDPM

Publié dans #communiqués SDPM

Repost 0