FÊTE DE LA MUSIQUE À NANCY : SIX POLICIERS MUNICIPAUX BLESSÉS

Publié le 25 Juin 2014

L'Est Républicain

 

Après le dérapage total de la fête de la Musique à Nancy, le bilan est lourd : deux blessés dans les rangs de la police nationale ; six dans ceux de la police municipale.

Nancy fête de la musique à Nancy : lourd bilan chez les policiers municipaux

Nancy fête de la musique à Nancy : lourd bilan chez les policiers municipaux

 

Nancy. Plus qu’une fausse note, la fête de la Musique a totalement dérapé, dans la nuit de samedi à dimanche, dans le centre-ville de Nancy (notre édition d’hier). Vers 2 h, la police a dû charger la foule dans le quartier de la place Saint-Epvre. Cailloux, bouteilles, panneaux de signalisation… Les forces de l’ordre ont essuyé des jets de projectiles en tout genre. Bilan : deux blessés dans les rangs de la police nationale.

Les premiers au contact, acculés ensuite dans la ruelle du Duc-Raoul, les policiers municipaux payaient un lourd tribut avec pas moins de six agents du groupe nuit, au tapis. Des municipaux blessés par des projectiles et contraints à des arrêts de travail pouvant atteindre huit jours. Six plaintes ont été déposées. Cinq individus étaient interpellés et trois d’entre eux ont fait l’objet de poursuite à l’issue de leur garde à vue. Deux seront convoqués devant le tribunal, en septembre. Le 3e , un noctambule de 23 ans présenté hier au parquet, devra s’expliquer devant le tribunal dès le 13 août.

Matelas au sol aux urgences

Du côté du service des urgences de l’hôpital central, c’était le branle-bas de combat avec l’arrivée de nombreuses personnes en état d’ivresse publique et manifeste (IPM) et d’autres, blessées dans des rixes. Un flux qui contraignait le service à installer des arrivants sur de petits matelas disposés au sol, « à même un couloir, à l’arrière des urgences », rapporte un témoin admis aux urgences. « Il y a effectivement eu un surcroît d’activité par rapport à un week-end classique mais l’hôpital avait anticipé cette fête de la Musique et les personnels ont fait face », assure le CHU. « Les matelas au sol étaient uniquement destinés à accueillir les personnes ivres, non blessées ».

 

www.estrepublicain.fr

Rédigé par SDPM

Publié dans #police municipale, #presse et sécurité

Repost 0