Incidents à Toulon : le SDPM sur France Bleu (audio) et dans la presse

Publié le 6 Juin 2014

www.varmatin.com

 

Fin de soirée agitée à Toulon après le titre du RCT

Publié le 

Le syndicat de défense des policiers municipaux relate des incidents dans la nuit de samedi à dimanche, près du stade Mayol.So.B

Le syndicat de défense des policiers municipaux relate des incidents dans la nuit de samedi à dimanche, près du stade Mayol.So.B

 

Dans le rugby, les soirs de victoire sont une fête et la troisième mi-temps reste généralement belle. Quelques incidents se sont néanmoins produits, dans la nuit de samedi à dimanche à Toulon, après que le RCT est devenu champion de France.

« Des voitures se sont fait secouer par des supporters en état d'ébriété, sur l'avenue de la République », relatent plusieurs sources. Le syndicat de défense des policiers municipaux décrit « une vingtaine d'individus capuchés », qui auraient cassé les pare-brise de deux véhicules. « À plusieurs reprises, nous avons demandé le renfort de la police nationale, argumente Christophe Sacchiero, délégué du syndicat dans le Var.Le conducteur d'un 4x4 a été pris à partie, mis au sol et tabassé. »

Il poursuit : « Il fallait intervenir, on a extrait la victime et on s'est replié, visés par toutes sortes de projectiles. » Pendant une heure, la situation serait restée tendue, à quelques dizaines de mètres du stade Mayol.

« La police ? Elle fait son boulot »

En mairie, un élu estime que « les policiers municipaux se sont très bien comportés, sur un épiphénomène, qui a été bien réglé ». Le syndicat lui, affirme que « le dispositif de sécurité n'était pas à la hauteur ». Il invoque son droit d'alerte et veut saisir le préfet.

Au commissariat de Toulon, l'état-major répond qu'il faut « raison garder »« La police nationale, que fait-elle ? Elle fait son boulot de maintien de l'ordre. » En l'occurrence, les policiers étaient occupés sur le boulevard de Strasbourg à Toulon, « en train de faire descendre des mecs qui montaient sur les voitures, et pas que sur les leurs. Qui montaient sur les abribus. Une foule qu'il fallait canaliser ».

La direction départementale de la sécurité publique observe qu'elle n'a pas reçu les plaintes des victimes de ces incidents. Lundi, un homme a été jugé en comparution immédiate à Toulon, pour " mise en danger et outrage ", des faits commis cette nuit-là, en état d'ébriété. Six mois de prison avec sursis. « Certes, ce n'était pas une réunion de poètes », relativise l'avocat de la défense, Me Zecchini.

D'après www.varmatin.com

 

LE SDPM LARGEMENT MAJORITAIRE DANS LE VAR

Repost 0