Biarritz : affaire des PV. Borrotra renvoyé en correctionnelle.

Publié le 14 Novembre 2014

Didier Borotra lors de sa sortie du tribunal de Bayonne, après sa mise en examen le 10 décembre 2013. (Sud-Ouest)

Didier Borotra lors de sa sortie du tribunal de Bayonne, après sa mise en examen le 10 décembre 2013. (Sud-Ouest)

 

L'instruction du dossier "des PV annulés" mettant en cause l'ex-maire Didier Borotra est terminée indique le parquet de Bayonne. L'ex-maire de Biarritz, Didier Borotra, pourrait être renvoyé devant la justice lors du premier semestre 2015.

Pour mémoire, le premier magistrat de la ville balnéaire avait été mis en examen le 10 décembre 2013 pour avoir annulé 5.512 procès-verbaux au profit de contrevenants biarrots, entre le 1er janvier 2009 et le 1er juin 2013, soit une période non couverte par la prescription.

Ces faits ont été mis en lumière par une instruction ouverte en avril 2012, révélant un véritable "système Borotra", avec des instructions de clémence communiquées par le maire à la police municipale pour l'usage du téléphone au volant, un défaut d'assurance et un excès de vitesse.

Anne Kayanakis, ancienne procureure de la République de Bayonne avait porté ce dossier, en alertant l'officier du Ministère public, puis en ouvrant une instruction. L'enquête avait été menée par la police judiciaire, qui a  mené une perquisition à la mairie de Biarritz en novembre 2013.

Par ailleurs, le SDPM (syndicat de défense des policiers municipaux) déposaient une plainte entre les mains du Juge d'Instrution, et médiatisait l'affaire.

Didier Blaisot, directeur et régisseur de la police municipale avait également été mis en examen pour les mêmes chefs d'inculpation:soustraction, détournement ou destruction de fonds publics par une personne dépositaire de l'autorité publique ; prise de mesure destinée à faire échec à l'application de la loi par une personne dépositaire de l'autorité publique et immixtion, c'est-à-dire usurpation de la fonction d'officier du ministère public.

Didier Borotra encourt jusqu'à dix ans de prison pour les deux premiers chefs d'accusation, et trois ans pour la prévention l'immixtion.

Didier Blaisot, écarté de ses fonctions a été reclassé dans un autre service.

Le SDPM réunira ses membres très prochainement à Biarritz, annonçant la création d'une section de son syndicat au sein de la Police Municipale. Il sera évoqué des dysfonctionnements qui y persistent encore.

Rédigé par SDPM

Publié dans #communiqués SDPM, #police municipale

Repost 0