Sanary-Sur-Mer (83) : le SDPM engage des procédures suite au désarmement des Policiers Municipaux

Publié le 19 Mai 2015

Christophe SACCHIERO, Délégué Départemental du SDPM - Responsable du VAR (83)

Christophe SACCHIERO, Délégué Départemental du SDPM - Responsable du VAR (83)

Après le propos outranciers qui auraient été tenus par M. le Maire de SANARY sur Mer (83) et sa décision de désarmer les Policiers Municipaux, le Syndicat de Défense des Policiers Municipaux, 1er syndicat national professionnel, a aussitôt rencontré les agents, par l'intermédiaire de sa délégation locale représentée par M. Christophe SACCHIERO, et a pu dénoncer la situation scandaleuse auprès des médias et notamment de FR3. Le Président National du SDPM se rendra prochainement dans le Var à la rencontre des policiers de ce département et en particulier de SANARY.

Le SDPM dépose plainte auprès du Procureur de la République et demande l'ouverture d'une enquête pour outrage public à personne dépositaire de l'autorité publique.

Nous apprenons en outre, que les faits viennent en représailles de prétendues fautes commises par les Policiers Municipaux d'une part, et d'autre part, que le Maire leur ferait grief d'avoir demandé conseil à un syndicaliste.

Considérant que les faits constituent une sanction déguisée, car le retrait de l'armement ne fait pas partie des sanctions prévues légalement, le SDPM demande à M. le Préfet de saisir le Tribunal administratif en annulation de la décision du Maire de désarmer les policiers municipaux.

Eu égard au fait que le Maire semble reprocher aux agents de s'être fait conseiller par un syndicat, que la mesure n'a pas été précédée par une procédure contradictoire préalable et du droit à se faire assister, le SDPM élargie sa plainte pénale au délit d'entrave à l'exercice du droit syndical, afin que la Justice fasse la lumière sur ces faits.

Sur un plan plus global, le SDPM rappelle que les Policiers Municipaux sont des défenseurs de la Loi Républicaine, et non des intérêts particuliers de tel ou tel policien.

Si les Policiers Municipaux ne constatent pas d'infraction à la Loi pénale, ou de trouble à l'ordre public, ils n'ont pas à accomplir les éventuelles lubbies d'un élu.

Le SDPM se mettra toujours en travers de la route des Elus locaux qui seraient tentés par cette dérive.

Le Président du SDPM

 

Contact dans le Var :

Christophe SACCHIERO

06.64.47.30.27

Oui, c'est une sanction. Et ce n'est que le début ! (...) Quand les policiers municipaux de Sanary commenceront à respecter les arrêtés du maire et cesseront de jouer les cow-boys, on en reparlera ! Ils n'en foutent pas une !

Var Matin

Quand des gens se plaignent qu'un jeune à deux-roues fait un boucan d'enfer et que je demande qu'il soit verbalisé, je ne supporte pas d'apprendre que ça n'a pas été fait, au prétexte que le pot (d'échappement de l'engin, Ndlr) est d'origine. Si le contrevenant veut contester, il n'a qu'à aller au tribunal. En attendant, les policiers doivent exécuter les ordres !

Var Matin

Ce jour-là, ils n'ont pas exécuté mon ordre de sortir les conseillers, c'est une chose. Mais ce qui m'a vraiment énervé, c'est quand j'ai appris, plus tard, qu'ils avaient demandé à un délégué syndical s'ils devaient le faire ou pas. C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

Var Matin

Repost 0