Communiqué : le SDPM répond au Maire de Nancy (54)

Publié le 16 Juin 2015

Communiqué : le SDPM répond au Maire de Nancy (54)

Le Syndicat de Défense des Policiers Municipaux réagit aux propos du Maire de NANCY (54) tenus sur France Info « Les policiers municipaux de Nancy sont équipés de gilets pare-balles, de flash-balls, et la municipalité a développé des patrouilles de nuit et la vidéosurveillance. La mairie espère que ses policiers n’auront pas besoin d’arbitrer des conflits avec possibilité de donner la mort et a donc décidé de ne pas les armer. "C’est un choix que le maire doit faire en conscience, mais je ne dis pas que c’est le choix qui doit se faire dans toutes les villes. Nous avons la police municipale tournée vers la tranquillité publique et la police nationale qui reste sur l’ordre public et la sécurité." »

Laurent Hénart montre une certaine méconnaissance de la réalité à laquelle sont exposés les Policiers Municipaux, quotidiennement, dans l’accomplissement de leurs missions traditionnelles. Le Maire est le premier responsable du bon ordre, de la sûreté, de la sécurité et la salubrité publique dans sa commune. La sécurité publique n’est donc pas l’apanage exclusif de l’Etat et de la Police Nationale.

Si le Policier Municipal de NANCY n’a pas les moyens de protéger sa propre vie en se défendant, il est évident qu’il ne pourra protéger celles des administrés de cette commune.

Cette position du Maire de Nancy qui scandalise la profession met en danger les policiers municipaux et il devra en assumer les responsabilités, humaines, morales, politiques et judiciaires, le cas échéant.

Le SDPM ne cessera de rappeler auprès des élus et des administrés les missions et les risques qu’encourent les Policiers Municipaux dans l’exercice de leurs missions quotidiennes. La délinquance n’épargnant aucun territoire et chaque mission étant potentiellement dangereuse, la généralisation de l’armement pour la Police Municipale est une nécessité absolue.

Nicolas KONIECZNY
Service Communication SDPM

Repost 0