Conflit Mairie de Béziers / Préfecture : le SDPM écrit au Préfet concernant l'armement

Publié le 12 Décembre 2015

Le Maire de Béziers, Robert Ménard, et une partie de la Police Municipale lors de la remise du drapeau au Directeur.

Le Maire de Béziers, Robert Ménard, et une partie de la Police Municipale lors de la remise du drapeau au Directeur.

Si le SDPM conçoit parfaitement que le Préfet de l'Hérault conteste la légalité de la création de la "Garde Biterroise", il n'accepte pas que l'armement des Policiers Municipaux soit bloqué pour faire pression sur la Mairie de Béziers.

En effet, la vie des Policiers Municipaux ne saurait être prise en otage pour des raisons politiques.

Le SDPM a donc adressé un recours administratif préalable au Préfet. Le SDPM n'hésitera pas à déférer l'Etat devant la Justice administrative - comme il l'a déjà fait à plusieurs reprises - si besoin est.

_____________________________________________________

Syndicat de Défense des Policiers Municipaux

______________

 

Le Bureau National, le 11 décembre 2015.

 

Objet : armement de la Police Municipale de Béziers

/ Garde biterroise

 

Monsieur le Préfet, 

 

J’apprends par voie de presse, que vous souhaiteriez bloquer les décisions d’autorisation d’armement des agents de Police Municipale de Béziers, aux motifs que le maire voudrait créer une « Garde Biterroise ».

Ces deux causes juridiques étant distinctes, une telle mesure apparaît plus relever d’un litige d’ordre politique que de la légalité qui doit caractériser une décision administrative.

Aussi, afin d’anticiper tout recours de notre syndicat contre une telle décision qui nous parait parfaitement abusive, je vous prie de bien vouloir nous communiquer les motifs de fait et de droit qui fonderaient celle-ci.

A l’heure où notre profession paie un lourd tribut, nous n’acceptons pas que les Policiers Municipaux et leur vie soient pris en otage pour des intérêts politiques.

Nous prenons acte du fait que l’Etat entend contester la légalité de cette « Garde » mais il est inconcevable que les Policiers Municipaux, qui eux agissent avec professionnalisme et en parfaite légalité, soient les victimes de cette affaire.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de mes salutations distinguées.

 

Le Président National,
 

Repost 0