Royan (17) : La mairie va installer de nouvelles caméras

Publié le 3 Décembre 2015

Petit à petit, les sites sensibles sont équipés. En janvier, des caméras vont fleurir du côté de la gare. Le marché de Noël va également être concerné.

Patrick Marengo, premier adjoint au maire, et Pascal Landes, chef de la police municipale.

Patrick Marengo, premier adjoint au maire, et Pascal Landes, chef de la police municipale.

Renforcer la sécurité des sites sensibles. Tel est le leitmotiv qui guide aujourd'hui la politique de la ville en matière de vidéosurveillance. Quatre caméras vont prochainement être installées sur le site de la gare. Une autre va permettre, pendant un mois, de voir ce qui se passe du côté du village de Noël, place du Quatrième Zouave. « On a prévu un plan de déploiement sur quatre à cinq ans », confie le premier adjoint au maire Patrick Marengo.

Un groupe de travail qui planche sur la question se réunit régulièrement. Le commissaire de Royan Éric Lortet y participe, notamment. « On discute des meilleures mesures à prendre à moindre coût », précise l'élu. Parce que la vidéosurveillance, ça a un coût. La Ville a par exemple dépensé entre 12 000 et 14 000 euros pour équiper la place Charles-de-Gaulle avec deux caméras. Une caméra dôme qui permet de voir à 360 degrés et une seconde à double objectif.

Dispositif en cœur de ville

Le cœur de ville est privilégié dans le dispositif mis en place. Au marché couvert, huit caméras filment. Quatre à l'intérieur et quatre à l'extérieur. D'autres endroits sont équipés comme par exemple le U Paul-Doumer, où des trafics de stupéfiants avaient été identifiés en 2014. La nouveauté, dans ce secteur, va être l'installation d'une caméra pour surveiller le marché de Noël pendant tout le mois de décembre.

« On a négocié avec la société pour qu'elle nous équipe à titre gracieux. On fera un point à la fin du mois pour voir si on maintient la caméra ou pas à cet endroit », informe Patrick Marengo. L'autre site qu'il a paru nécessaire à la ville d'équiper est la gare. « À partir du mois de janvier, j'espère, deux caméras seront placées au niveau du parking courte durée et deux autres surveilleront les flux de voyageurs entrant et sortant de la gare SNCF. »

Coût pour la ville : environ 20 000 euros intégrés au budget 2016. Le premier adjoint au maire de Royan envisage aussi d'acheter une ou deux caméras mobiles. « C'est à l'étude. Ça nous permettrait de les bouger en fonction des besoins », souligne-t-il en prenant l'exemple du risque de cambriolage des bijouteries au moment des fêtes.

Tout ce dispositif est géré par la police municipale qui dispose d'un poste dédié à la vidéosurveillance. « Seules les personnes habilitées ont le droit d'y avoir accès. C'est-à-dire les policiers municipaux, le député-maire, le premier adjoint et le directeur général des services », prévient Pascal Landes, le chef de la police municipale de Royan.

Une aide à la sécurité

Il ne faut pas croire que quelqu'un reste devant un écran à surveiller ce qui passe. « On extrait des images lorsqu'on en a besoin pour résoudre une enquête ou gérer les flux de circulation », explique le gradé. L'été dernier, ces caméras ont par exemple été utiles pour repérer des ventes de produits stupéfiants.

« Il ne faut pas que les gens se sentent fliqués. Ce n'est vraiment pas le but et ce n'est pas l'esprit de notre ville. Notre volonté est juste de sécuriser des lieux sensibles. Dans certaines circonstances, la vidéo peut aider », assure Patrick Marengo. Pas question, donc, comme à Châtelaillon, d'équiper tous les coins de rues de caméras.

Publié le 03/12/2015

www.sudouest.fr

Repost 0