VILLENEUVE LE ROI (94) : après un braquage le SDPM engage contre l’Etat des procédures pour mise en danger de la vie d’autrui

Publié le 9 Décembre 2015

VILLENEUVE LE ROI (94) : après un braquage le SDPM engage contre l’Etat des procédures pour mise en danger de la vie d’autrui

Le Syndicat de Défense des Policiers Municipaux, 1er syndicat national professionnel indique qu’il va engager l’ensemble des procédures légales visant à faire la lumière sur les refus répétés du Préfet du Val de Marne (94) d’armer les Policiers Municipaux de Villeneuve le Roi, malgré plusieurs demandes du maire.

En effet, la tension est montée à son paroxysme, le lundi 7 décembre 2015, alors qu’un Dabiste a été pris en otage par un individu armé. La Police Municipale est arrivée la première sur les lieux, et n’a pu que constater la situation. Le temps que des renforts de la Police Nationale arrivent, le Brigader de la Police Municipale a été lui-même directement braqué par l’individu.

Les deux Policiers Municipaux n’ont eu aucun moyen de se défendre. Le gangster aurait pu ouvrir le feu, et aucun des policiers n’auraient pu riposter.

Ce n’est qu’à l’arrivée d’une équipe de la BAC, que l’individu a été mis hors d’état de nuire et a pu être appréhendé.

Le SDPM rappelle que le Ministre CAZENEUVE a publié, au lendemain des attentats de janvier, une circulaire ferme à l’attention des Préfets, qui ne doivent pas faire preuve de zèle excessif pour accorder l’armement des policiers municipaux, sans quoi ils violeraient la liberté des maires de conduire leur politique de sécurité.

De plus, le Président de la République lui-même, a rappelé récemment, la nécessaire implication des Policiers Municipaux, dans la lutte contre l’insécurité, et le maintien de la paix publique.

L’armement des Policiers Municipaux doit être systématique, et dés lors qu’une commune remplit les formalités légales en matière de formation notamment, un Préfet ne doit pas refuser cette autorisation.

A l’heure où la profession paie un lourd tribu, le SDPM, n’acceptera plus que des Prefets puissent prendre en otage la sécurité des Policiers Municipaux, pour des motifs qui relèvent plus de la question politique que de la réalité. 

Le SDPM va engager les procédures et recours adéquats pour mise en danger de la vie d’autrui contre l’Etat, et le Préfet devra s’expliquer sur les raisons qui l’ont conduit à refuser, à plusieurs reprises, l’armement des Policiers Municipaux de Villeneuve le Roi.

Le Président National

Repost 0