Amiens (80) - Communiqué : Administrés et Policiers Municipaux en danger !

Publié le 16 Mars 2016

Amiens (80) - Communiqué : Administrés et Policiers Municipaux en danger !

Malgré de changement de municipalité de gauche à droite, la politique de sécurité ne semble pas changer à AMIENS.

Le syndicat de Défense de Policiers Municipaux (SDPM) réagit aux propos de Mme FOURE maire d’Amiens dans une interview sur France 3 Picardie en date du 02 Mars 2016, après l’agression d’agents, dans leur poste de police, par 2 individus armés d’un couteau. Une fois encore, Mme FOURE semble démontrer une fois de plus toute sa méconnaissance en matière de sécurité publique, de ses responsabilités légales en sa qualité de maire, et du rôle dévolu aux policiers municipaux. 

Le SDPM rappelle que les Policiers Municipaux, sur la voie publique et dans leurs missions quotidiennes, ont des pouvoirs et des compétences similaires, que leurs homologues gardiens de la paix de la Police Nationale.

Il est de la responsabilité légale du maire, de veiller à la sécurité publique sur sa commune. Les Policiers Municipaux ont compétence et devoir légal d’intervenir sur toute infraction constatée, contravention, crime ou délit. Ce n’est pas un choix politique.

Madame le maire semble préférer voir les Policiers Municipaux être présents sur les « plans propreté » à sécuriser des balayeuses, ou encore verbaliser le citoyen lambda pour une infraction mineure de stationnement, que s’attaquer aux vrais problèmes des quartiers.

Le SDPM a demandé à de multiples reprises, l’armement en arme à feu pour les Policiers Municipaux d’Amiens pour leur sécurité et mais aussi celle des administrés afin de pouvoir intervenir sur toutes les missions de sécurité publique. Malgré les évènements dramatiques que le France a connu, le fait que les Policiers Nationaux souffrent d’insuffisance d’effectifs, il est intolérable que le maire d’Amiens, premier garant de la sécurité sur sa commune, n’apporte pas sa pierre à l’édifice, alors qu’il reconnaît que les Policiers Municipaux sont complémentaires des forces d’état.

Le SDPM dénonce le fait que le service de la Police Municipale coute à la collectivité, donc aux contribuables, plusieurs millions d’€uros pour un service à la population qui n’est absolument pas à la hauteur en matière de lutte contre l’insécurité et la délinquance.

Une réunion est prévue avec madame le maire le 29 avril prochain, mais nous savons d’ores et déjà que cette réunion ne servira qu’à noyer le poisson, l’édile s’étant déjà exprimé par écrit auprès du syndicat, confirmant ses positions, et refusant, de fait, tout débat en la matière. Suite aux 51 lettres de droit d’alerte qui ont été déposés en mairie, le SDPM informe que non seulement la situation ne change pas, mais elle s’aggrave : il est plus que probable que la majorité du service fasse valoir son droit de retrait au prochain évènement.

Les administrés sont en droit de demander des comptes au maire sur ce service qui n’apparaît pas à la hauteur du fait des positions politique du maire.

Communiqué rédigé par le Bureau National – Contact presse local : Vincent DUPUIS

Repost 0