Le Parisien : le nouveau service de police municipale de Sceaux (92) dans le viseur du syndicat

Publié le 10 Septembre 2016

Les nouvelles mesures sur la police municipale de Sceaux n’ont pas encore été mises en place qu’elles font déjà l’objet de critiques. Le maire (UDI) Philippe Laurent veut changer la dénomination de la police municipale qui deviendra d’ici octobre le « service de la tranquillité publique ». Une façon de séparer les missions entre police municipale et police nationale, ce qui déplaît au Syndicat de défense de la police municipale (SDPM).

Illustration. Le syndicat de défense de la police municipale dénonce la décision de la mairie de Sceaux de changer le nom de la police municipale en « service de tranquillité publique ».

Illustration. Le syndicat de défense de la police municipale dénonce la décision de la mairie de Sceaux de changer le nom de la police municipale en « service de tranquillité publique ».

« C’est de la pure lâcheté, surtout dans le contexte actuel », gronde un porte-parole du syndicat, qui se dit « prêt à faire un recours » lorsque ces changements entreront en vigueur. « Le maire est chargé de la sécurité publique. Mais il tente de se décharger de cette mission et de renvoyer la balle à l’Etat en cas de problème dans sa commune » estime-t-il encore.

Ce nouveau « service de la tranquillité publique » comprendra quatre policiers municipaux et dix agents de surveillance de la voie publique (ASVP), voués eux aussi à changer d’uniformes et de noms pour devenir des « gardes urbains ». « C’est une façon d’éviter les confusions dans la tête des gens, se défend l’élu centriste. Il ne s’agit pas de renvoyer la balle à l’Etat mais de faire en sorte que chacun exerce ses responsabilités. C’est la police nationale qui est la mieux placée pour lutter contre la délinquance. » Les missions du « service de la tranquillité publique » seront, en revanche, de faire respecter les arrêtés municipaux, la tranquillité, la salubrité ou les règles de stationnement.

publié le 9 septembre 2016 - Ariane Riou

leparisien.fr

Repost 0