Sceaux (92) : le commissaire Olivier DAMIEN dézingue le maire Philippe LAURENT

Publié le 26 Septembre 2016

Les maires et la sécurité : davantage de responsabilités ?

Les maires vont devoir, dans le contexte de guerre intérieure que nous connaissons, faire des choix et assumer toutes leurs responsabilités.

Olivier Damien  Docteur en droit – Commissaire divisionnaire honoraire

Olivier Damien Docteur en droit – Commissaire divisionnaire honoraire

Pour des raisons évidentes d’actualité, la sécurité des Français occupera une place centrale dans les débats qui jalonneront la course à l’élection présidentielle de 2017. D’ores et déjà, les candidats déclarés, qui se savent attendus sur ce sujet, présentent leurs solutions pour faire face à ce qui sera un défi majeur pour les prochaines années. Même l’actuel locataire de l’Élysée, candidat putatif, envoie ses ministres de l’Intérieur et de la Justice en missions de communication, pour qu’ils annoncent ce que lui-même n’a pas été capable de réaliser, dans ce domaine, pendant son quinquennat. Que ne ferait-on pas pour s’assurer d’un deuxième mandat !

Pourtant, l’unité apparente de la classe politique sur ce sujet n’est qu’une façade. Derrière les discours, souvent bravaches, des ténors, se cachent de fortes résistances. Pour preuve, le différend qui, ces derniers jours, oppose le syndicat des policiers municipaux (SDPM) au maire UDI de Sceaux (92) et à l’influente Association des Maires de France.

En effet, alors que les services de sécurité, polices municipales comprises, se débattaient, souvent dans les pires conditions, pour combattre les terroristes, l’édile des Hauts-de-Seine diminuait de moitié les effectifs de sa police municipale tout en annonçant sa prochaine transformation en un « service de tranquillité publique », certainement destiné à la surveillance des bacs à sable.

Une telle décision ne pouvait, de fait, que déclencher une réaction de la part de ceux qui peinent encore, malgré le contexte que connaît notre pays, à trouver une place dans notre dispositif de sécurité intérieure.

L’argument avancé par l’élu, selon lequel la Police nationale et la Gendarmerie sont mieux placées pour lutter contre la délinquance et le terrorisme, en cache certainement un autre plus prosaïque, celui des finances. La commune de Sceaux, bien que conduite par un expert en gestion publique, connaît une dette par habitant de 2.716 euros, soit 146,91 % plus élevée que la dette moyenne des communes équivalentes. Et même si cette dette a baissé de 5,79 % par rapport à 2013, elle n’en a pas moins progressé de 416,35 % entre 2000 et 2014, faisant de Sceaux la ville la plus endettée des dix communes environnantes.

L’exemple de cette ville de la région parisienne n’est certainement pas isolé. Il illustre néanmoins le dilemme dans lequel se trouvent ou vont se trouver de nombreuses villes qui, à l’instar de l’État, ont négligé pendant trop longtemps le financement de missions de premier ordre au bénéfice de dépenses accessoires et souvent électoralistes.

Les maires n’ont eu de cesse, à juste titre, d’occuper une place centrale dans les dispositifs locaux de lutte contre la délinquance et la criminalité. Nombreux sont ceux qui aujourd’hui sont en demande de plus de responsabilités dans ce secteur important de la vie des Français. Quelques-uns, comme Jean-François Copé, Maire de Meaux et candidat à la primaire de la droite et du centre, demandent même à ce que les maires soient reconnus comme des officiers de police judiciaire de plein exercice, et à ce que, par le biais d’une profonde réforme des statuts de la fonction publique, les polices municipales rejoignent une « filière métier interministérielle » consacrée à la sécurité intérieure.

Une chose est cependant certaine, les maires vont devoir, dans le contexte de guerre intérieure que nous connaissons, faire des choix et assumer toutes leurs responsabilités. Ils seront attendus sur ceux liés à la sécurité.

 

Olivier DAMIEN

Est ancien patron du Syndicat des commissaires et des hauts fonctionnaires de la Police nationale (SCHFPN) devenu Syndicat des commissaires de la Police nationale (SCPN).

Repost 0