Mouvement social à la Police Municipale de NICE(06)

Publié le 2 Février 2017

Mouvement social à la Police Municipale de NICE(06)

Le Syndicat de Défense des Policiers Municipaux et ses adhérents, représentés à Nice par MM Stéphane BUSANO et Dominique THAU, ont participé au mouvement social concernant la réforme du temps de travail.

Le Syndicat souhaite rétablir la réalité des faits et répondre à la municipalité qui s'est largement exprimée dans la presse.

Il a été indiqué dans les médias, qu'il serait demandé aux Policiers Municipaux de travailler 1 samedi toutes les 6 semaines, et de percevoir en contrepartie 900€ de prime annuelle.

A première vue, exprimé de cette façon, la population pourrait ne pas comprendre les revendications et contestations des Policiers Municipaux de Nice. La réalité est qu'il s'agit d'une entreprise de communication, visant à discréditer le mouvement social, parfaitement légitime.

En réalité, cette réforme s'appliquera à des agents qui travaillent déjà 2 week-end par mois, auxquels il sera ajouté, en moyenne, 1 samedi toutes les 6 semaines. En définitive, l'agent ne bénéficiera donc qu'un w.e. complet de libre par mois, en moyenne, ce qui grève sensiblement la vie privée de chaque agent.

La municipalité prévoit une indemnisation, qui sera sans doute variable, de 900 €uros par an, mais qui ramenée à la mensualité ne représente en réalité que 62€ nets. 62€ donc pour gréver sensiblement toute la vie privée de chaque agent, et ne bénéficier que d' 1 w.e. complet de libre par mois  : là est la vérité.

Aucun des policiers municipaux visés par cette réforme n'accepte cela : ils préfèrent laisser à la municipalité ces 62€uros et conserver une vie privée équilibrée, sachant qu'ils travaillent déjà 1 week-end sur 2.

Mais le syndicat pointe également du doigt, la curiosité et l'iniquité d'une telle réforme. En effet, sur 380 agents, cette réforme ne s'appliquera non pas à l'ensemble du service, mais à ceux qui travaillent déjà en week-end, sachant que près de la moitié de la Police Municipale ne travaille pas le week-end et ne semble pas visée par ce projet.

Depuis deux ans, moment des premiers attentats, la Police Municipale de Nice été présente sur tous les fronts, épaulant la Police nationale et l'armée, et cela sans jamais renâcler. Là, les agents travaillant sur ces cycles sont épuisés et ajouter du temps de travail sur leurs weekend de repos, bien légitimes, n'est pas concevable. Est-ce un remerciement ?

Le Syndicat demande une révision du projet, qui devra faire preuve d'équité et de bon sens.

Le Syndicat s'interroge sur la communication entreprise par la municipalité et son écho dans les médias : nous espérons enfin que les journalistes respecteront le principe déontologique du contradictoire.

Le Bureau du SDPM en collaboration avec sa section Niçoise.

 

 

 

Repost 0