JOURNAL FRANCE-ANTILLES : BELLEFONTAINE Une policière municipale dépose plainte contre le maire

Publié le 28 Mars 2017

JOURNAL FRANCE-ANTILLES : BELLEFONTAINE Une policière municipale dépose plainte contre le maire

Une policière municipale de Bellefontaine a déposé plainte pour violences contre Félix Ismain, le maire de la commune. Les faits se seraient passés vendredi dernier. Une enquête est ouverte, les deux parties ont été entendues.

Une enquête a été ouverte par la gendarmerie après la plainte d'une policière municipale de 48 ans contre Félix Ismain.

Entre l'une des deux policières municipales de la commune et le maire, l'ambiance n'était déjà pas bonne. Elle est désormais exécrable et placée sur le terrain judiciaire. L'agent municipale, âgée de 48 ans, a porté plainte contre Félix Ismain pour des faits de violences. Vendredi dernier, elle aurait été bousculée par le premier magistrat de la commune et serait tombée dans les escaliers. Prise en charge par les pompiers, elle a été acheminée au CHU de Fort-de-France.
 
« Elle souffre d'une entorse cervicale, de diverses contusions et d'un traumatisme crânien » , assure Cédric Michel, le président national du Syndicat de Défense des Policiers Municipaux (SDPM). Il a d'ailleurs publié un communiqué hier sur son site pour dénoncer cette affaire. Le syndicaliste avait déjà été alerté il y a quelques semaines d'un climat difficile au sein de la police municipale. « L'agent m'avait sollicité pour des renseignements juridiques. Elle envisageait de contester sa notation mais cela n'autorise pas les violences physiques. C'est d'autant plus grave qu'elle a été agressée par le maire, son employeur et dépositaire de l'autorité publique. Elle était dans l'exercice de ses fonctions » .
 
« QUE L'ENQUÊTE SOIT DÉLOCALISÉE À UN SERVICE SPÉCIALISÉ »
 
La victime présumée s'est vu décerner une première Interruption Temporaire de Travail (ITT) de 10 jours. Elle a porté plainte.
 
Elle serait rentrée chez elle hier, avec une minerve et a rendez-vous cette semaine à l'Institut Médico-Légal, le seul habilité à délivrer des ITT au sens judiciaire. L'enquête a été confiée à la gendarmerie. Les deux protagonistes ont été entendus. À ce stade, des investigations resteraient à mener pour caractériser les violences. Selon nos sources, il n'y aurait peut-être pas eu de contacts physiques directs mais une altercation derrière une porte. Peut-être est-ce en poussant celle-ci que la policière aurait chuté ? Contacté hier par téléphone, Félix Ismain, d'abord occupé, n'a pu être joint par la suite.
 
Le SDPM entend, de son côté, aller jusqu'au bout de cette plainte. « La policière est extrêmement choquée et très inquiète pour son avenir. Elle souffre d'un syndrome de stress post-traumatique. Nous allons mandater un avocat de Martinique pour l'assister et je superviserai personnellement cette affaire » , soutient Cédric Michel.
 
Connu pour son opiniâtreté dans l'Hexagone, il a d'ores et déjà déposé plainte avec constitution de partie civile auprès du procureur de la République de Fort-de-France. « J'ai demandé à ce que l'enquête soit délocalisée à un service de brigade de recherches ou de section de recherches pour qu'elle ne soit pas polluée par des connivences » .
 

www.martinique.franceantilles.fr

Repost 1