Vendays-Montalivet : un "déséquilibré" fonce dans la foule : communiqué du SDPM

Publié le 18 Juillet 2017

L’incident majeur, qui s’est produit ce matin à Vendays-Montalivet (Gironde – Aquitaine) nous rappelle qu’aucun territoire n’est épargné aujourd’hui par l’insécurité.

Vendays-Montalivet : un "déséquilibré" fonce dans la foule : communiqué du SDPMVendays-Montalivet : un "déséquilibré" fonce dans la foule : communiqué du SDPM
Vendays-Montalivet : un "déséquilibré" fonce dans la foule : communiqué du SDPM

Ce matin, mardi 18 juillet, un « déséquilibré » a foncé avec sa voiture dans la foule du grand marché saisonnier de Montalivet. Grâce à Dieu, il a eu des difficultés à passer les vitesses ce qui a eu pour effet de freiner le véhicule, de l’empêcher de poursuivre sa route à vive allure et de causer des blessés voir pire.

 

Lors de sa course, une auxiliaire de Police Municipale (ATPM) a été visée par le conducteur, mais a pu s’extraire in extremis de sa trajectoire. Choquée, l’agent a été transportée à l’hôpital pour une visite de contrôle.

 

Ce sont des camelots du marché qui ont pu freiner le véhicule en projetant sur le pare-brise, des plots de bétons servant à amarrer les tentes et les stands. Le conducteur a été sorti du véhicule et maîtrisé manu-militari par ces exposants du sud-ouest, puis interpellé par les renforts saisonniers de la Gendarmerie.

Vendays-Montalivet : un "déséquilibré" fonce dans la foule : communiqué du SDPM
Vendays-Montalivet : un "déséquilibré" fonce dans la foule : communiqué du SDPMVendays-Montalivet : un "déséquilibré" fonce dans la foule : communiqué du SDPM

Le marché était sécurisé par de simples barrières de sécurité métalliques dites Vauban. A ce sujet, les commerçant du marché ont demandé au maire de Vendays-Montalivet une réunion d’urgence sur la sécurité. On peut s’interroger également sur les autorités de l’Etat qui ont pu accepter un dispositif aussi léger, dans les circonstances actuelles et avec un tel afflux de population.

 

La démarche des commerçants est tout à fait légitime, car le maire, premier magistrat de la commune est responsable de la sécurité :

 

« Le maire est chargé, sous le contrôle administratif du représentant de l'Etat dans le département, de la police municipale, de la police rurale et de l'exécution des actes de l'Etat qui y sont relatifs. (…) La police municipale a pour objet d'assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. (…) » articles L2212-1 et L2212-2 du code général des collectivités territoriales (CGCT).

 

Il faut rappeler que cette bourgade du sud-ouest connaît une explosion démographique pendant la saison estivale, comprenant ainsi 30 à 40 000 habitants, sans compter les touristes de passage.

Séverine B. Déléguée du SDPM, lors de l'évènement, le 18 juillet 2017.

 

Pourtant, ce ne sont que 2 Policiers Municipaux, non armés, assistés de 2 auxiliaires saisonniers (ATPM) qui assurent la sécurité sur toute la ville. Il n’existe ni convention de coordination, ni ligne directe entre les Policiers Municipaux et les équipes d’intervention de la Gendarmerie.

 

Dernièrement, le service de Police Municipale a envoyé plusieurs emails au premier magistrat afin de le sensibiliser sur les risques liés à la sécurité durant la saison d’été.

 

Cette affaire qui met à jour certains dysfonctionnements, vont amener le Syndicat à saisir le Ministère de l’Intérieur.

 

Le SDPM soutient ardemment les Policiers Municipaux de cette ville.

 

Le Bureau National

Repost 0