Ah la Russie !!! On ne perd pas les bonnes vieilles habitudes bolchevicks !

Publié le 29 Juin 2010

http://s.tf1.fr/mmdia/i/70/1/4022701ikwar.png?v=1

 

Un réseau d'espionnage russe démantelé aux Etats-Unis ?

http://s.tf1.fr/mmdia/i/76/4/espions-russes-usa-4808764wuwmr_1713.jpg?v=4Dessin d'audience : comparution de cinq personnes accusées d'espionnage par les Etats-Unis

 

Le gouvernement américain affirme avoir arrêté dix personnes accusées de travailler pour le compte de la Russie.

 

Une semaine après la visite de Dmitri Medvedev, le président russe, aux Etats-Unis et l'entente cordiale affichée avec Barack Obama, on se croirait revenu en pleine Guerre Froide. De l'encre invisible aux messages codés en passant par de l'argent enterré, tous les ingrédients du réseau d'espionnage digne des meilleurs romans sont en effet réunis dans l'affaire révélée lundi soir par le ministère de la Justice américain.
 
Dix personnes, a priori Américaines, Canadiennes, Péruviennes et Russe, ont ainsi été arrêtées tandis qu'un suspect est toujours en fuite. Poursuivis pour espionnage et blanchiment d'argent pour le compte du SVR, les services de renseignements russes, les "espions" risquent théoriquement jusqu'à 25 ans de prison -mais la peine infligée dans ce genre d'affaires est généralement de cinq ans. Cinq d'entre elles ont comparu dès lundi soir devant un juge fédéral à New York.

 

Mission trop compliquée ?


 

 

Le document de 37 pages du FBI ne permet pas de comprendre l'importance des informations recueillies, apparemment depuis près de 30 ans, par ce réseau. A la lecture de la plainte concernant quelques uns des "espions" présumés, la mission qui leur était confiée -infiltrer des cercles proches du gouvernement américain- n'était pas vraiment à leur portée. "Le Centre de Moscou a demandé à Cynthia Murphy en 2010 d'essayer d'obtenir un emploi qui lui permette de contacter des sources au sein du gouvernement américain (...) mais le groupe des 'comploteurs du New Jersey' avait répondu que Murphy craignait qu'on ne lui demande trop de détails sur son parcours professionnel", indique notamment la police fédérale.

 

Mise sur le banc des accusés, la Russie n'a évidemment pas tardé à s'exprimer. Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a ainsi déclaré qu'il attendait des explications. "On ne nous a pas expliqué de quoi il est question. J'espère qu'on nous l'expliquera", a-t-il indiqué. Il a également ironisé sur le calendrier de l'annonce, quelques jours après la visite de Dmitri Medvedev aux Etats-Unis. "Le moment, où cela a été fait, a été choisi avec une élégance particulière", a-t-il lancé. Un peu auparavant, son porte-parole avait  jugé qu'il y avait "beaucoup de contradictions" dans les informations du gouvernement américain.

 

le 29 juin 2010 à 10:16

Rédigé par SDPM

Publié dans #divers

Repost 0