La délinquance objet d'une réunion publique

Publié le 1 Mai 2010

http://www.midilibre.com/images/logo.gif

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:pyb_fit_mfTr0M:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0e/Blason_de_la_ville_de_Berriac_(11).svg/545px-Blason_de_la_ville_de_Berriac_(11).svg.png

Carcassonne. Berriac

 

RAPPEL : Le maire, Michel Soules, s'inquiétait d'une poussée de la délinquance il y a 15 jours. Il en a fait part à ses administrés

Il y a une quinzaine de jours , Michel Soules, maire de Berriac, ne cachait pas son exaspération face à une montée inquiétante de la délinquance dans sa commune (Midi Libre du 21 avril). Une exaspération doublée d'une inquiétude qu'il avait livrée à Jean-Claude Pérez, maire de Carcassonne, pour que celui-ci lui obtienne un rendez-vous en préfecture.
Voilà pourquoi hier soir, Michel Soules avait décidé de provoquer une réunion publique pour s'adresser directement à la population : « Les gens n'avaient peut-être pas compris le sens de mes propos. Quoi qu'il en soit, je persiste : oui, il y a de la délinquance à Berriac, il ne faut pas se le cacher. Je ne suis pas le seul à le dire » .
Le phénomène concerne essentiellement une quinzaine de jeunes, âgés de 13 à 15 ans, qui sont

identifiés et connus : « En toute impunité, ils plongent la cité d'Espérance dans le noir, afin de pratiquer leurs commerces illicites. Des courses poursuites, des conteneurs brûlés et des véhicules incendiés sont les faits que subissent quotidiennement les habitants de cette commune » , écrivait ainsi Jean-Claude Pérez au préfet, pour relayer l'exaspération de son collègue.
Une réaction dont la forme n'eut pas l'heur de plaire à la représentante de l'Etat, celle-ci estimant que Michel Soules faisait « beaucoup de fumée pour pas grand-chose » .
Il semble, après une série de vifs échanges, que la situation s'est quelque peu apaisée entre la préfecture et le premier magistrat de Berriac. C'est ce que Michel Soulès a également expliqué à ses administrés, hier soir : « Nous avons éclairci le problème. Il y a eu un enchaînement de choses que je ne maîtrisais pas... » .
Dans un premier temps, il semblerait que le maire de Berriac ait ainsi obtenu l'organisation de réunions avec la gendarmerie et un magistrat : « La délinquance n'est pas typique à Berriac : elle existe partout. Mais c'est un petit village : si on n'arrive pas à régler le problème avec 1 000 habitants, je n'ose même pas imaginer le souci pour une ville comme Carcassonne. Nous voulons ensuite mettre tout le monde autour de la table (préfecture, mairie, communauté d'agglomération) pour trouver des solutions, notamment en travaillant sur le relationnel » .
Gageons que les Berriacais auront entendu le message.

 

source : midilibre.com

Rédigé par sdpm.over-blog.org

Publié dans #politique et sécurité

Repost 0