Marignane : Mise au point

Publié le 18 Février 2013

http://a402.idata.over-blog.com/470x319/4/69/02/81/mairie-de-marignane.jpg

La mairie de Marignane (13)

 

Alors que le SNPM/FO est ridiculisé dans une lettre ouverte du Maire de LEVALLOIS-PERRET (ici), cette structure vient de publier un communiqué injurieux et diffamatoire envers le SDPM, concernant l'affaire de Marignane.

 

Tout d'abord, on peut noter l'étonnante réactivité de ce syndicat qui prétend vouloir rétablir la vérité...2 mois auprès les faits. Car, en effet, l'affaire s'est déroulée au mois de décembre dernier.

 

Pourtant, il suffit de lire les communiqués, et notamment leur date. La vérité s'impose d'elle-même.

 

Le lundi 17 décembre 2012, le SDPM négociait avec le Maire, en présence de la Directrice Générale des Services, de la Directrice des Ressources Humaines, du Secrétaire adjoint et de la Direction de la Police Municipale, les mesures venant compenser le nouvel emploi du temps qui vise à faire travailler plus les policiers municipaux.

 

Le SDPM étant mandaté par ses adhérents, qui ne cautionnent pas les méthodes du SNPM/FO, et non par "la hierarchie".

 

Ces négociations ont eu lieu en l'absence des représentants du SNPM/FO, qui ne souhaitaient pas s'assoir à la table des négociations en présence du SDPM ! que craignaient-ils ?

 

Rappelons à ce sujet, que l'objet principal du litige était le changement d'emploi du temps  : les policiers municipaux de Marignane travaillent 9 à 10 jours par mois et 1200 heures par an (pour un salaire médian de 2300 € net mensuel). Le Maire souhaite donc mettre fin à ce système  à double  titre : il est illégal et il souhaite disposer de plus d'effectifs disponibles pour son service. Rien de moins légitime lorsque l'on a le sens du service public.

 

Dès le lundi 17 décembre 2012, le SDPM annonçait que le Maire acceptait nos propositions, à savoir des mesures sociales visant à compenser le nouvel emploi du temps.

 

Ce qui est prouvé par notre communiqué ici. Le travail du SDPM était  donc terminé.

 

Le mardi 18 décembre, le SNPM/FO a continué son mouvement social, n'acceptant toujours pas le changement d'emploi du temps.

 

Ce n'est qu'après s'être assuré des conseils d'un spécialiste émanant de la fédération FO, que le SNPM/FO a dû se rendre à l'évidence qu'il n'avait pas d'autre choix que d'accepter le nouvel emploi du temps, avec d'éventuelles compensations.

 

Ce n'est que le mercredi 19 décembre 2012, (2 jours après nos propositions) que le SNPM/FO signe un protocole avec le maire...

 

Nous n'inventons rien, il suffit de lire les communiqués et la chronologie des publications.

 

Pour répondre à cette organisation, nous n'avons pas à signer de protocole avec le maire...car aucun des membres du SDPM n'était en grève, ni en conflit avec le maire qui dès le départ avait accepté nos propositions...

 

Nous nous interrogeons d'ailleurs sur la nécessité d'un tel ramdam sur la voie publique qui décribilise notre profession : "les policiers municipaux ne sont pas contents car le maire veut les faire travailler plus"... à l'heure de la crise, où la violence et la pauvreté explosent.

 

Il faut dire qu'au SNPM/FO, le ridicule ne tue pas : ce syndicat a fait appel, lundi matin, à la Police Nationale et le secrétaire  général de cette organisation, M. FONCEL, a réclamé aux 2 agents intervenants de rester sur place "car il ne se sentait pas en sécurité" en présence des 2 représentants du SDPM... (alors que ce syndicat revendique 25 grévistes) (sic) !

 

Bien entendu, le grotesque de la situation initiée par ce syndicat a amené la Police Nationale a quitté les lieux après 5 minutes de palabres assez ubuesques avec le secrétaire général du SNPM/FO.

 

Pas plus qu'un quelconque représentant du SDPM n'aurait été éjecté de la mairie...

 

Enfin, ce jour là il n'y avait aucun gréviste devant la mairie  de Marignane : les agents manifestants étaient sur leur temps de repos...et le service de Police Municipale continuait de fonctionner !

 

Et dire que ce syndicat nous accuse de "délire mythomane".

 

A ce sujet, il faut rappeler que le SNPM/FO n'a jamais été majoritaire dans la Police Municipale (il n'existe pas d'élections professionnelles) !


Nous passerons sur les autres accusations diverses et variées du communiqué de ce syndicat : ce débat continuera devant devant d'autres auditoires.

 

Nous espérons donc que ceci mettra fin aux attaques puérilles et calomnieuses, et que certains syndicalistes aspireront plus au sens de la responsabilité.

 

Le Bureau national

le 18/02/2013

 

nota : la Police Municipale de Marignane est armée. Le Salaire médian des agents est de 2300 € net mensuel.

Rédigé par SDPM

Publié dans #communiqués SDPM

Repost 0