Communiqué : Neuville-en-Ferrain (59) - pour ou contre une police municipale?

Publié le 3 Avril 2015

Une police municipale armée

Une police municipale armée

Le Syndicat de Défense des Policiers Municipaux réagit à l'article concernant la consultation organisée à Neuville en Ferrain (59) dont l'objet est l'éventualité d'une création de police municipale.

Lors de la réunion publique pour présenter le projet d’armement de la Police Municipale de Neuville en Ferrain, nous pouvons lire les affirmations de l’Adjoint à la sécurité et ancien policier, Thierry Martin : 

«  C’est essentiellement une police de proximité, répond Thierry Martin. La délinquance routière sera principalement leur mission. La police municipale est assez limitée dans ses interventions.  » ;

Il est également ajouté qu’elle ne peut pas par exemple interpeller un individu sans la présence de la police nationale.

Contrairement à ce qu’affirme cet élu, les agents de Police Municipale sont des agents de Police Judiciaire Adjoint. Ils sont habilités à relever toutes les infractions, crime, délit ou contravention, par procès-verbal ou rapport, qui sont alors adressés après enquête au Procureur de la République. Leurs procédures font autant foi que celles des gendarmes ou des agents de la police nationale. Comme tout agent de la force publique, les agents de police municipale doivent interpeller tout auteur de délit ou crime flagrant et le présenter devant l’officier de police judiciaire. Ils peuvent relever les identités des contrevenants, se faire présenter les documents des conducteurs de véhicules etc… autant de compétences qui font du policier municipal un agent incontournable dans la lutte contre la délinquance, pourvu que leurs élus les connaissent ou veuillent bien les connaître ! Il paraît inconcevable et anormal qu’un ancien professionnel de la sécurité puisse tenir un tel discours.

On nous informe également que le financement de l’armement des Policiers Municipaux engendrera une augmentation de la taxe d’habitation. La Mairie mettant en valeur cet argument orientant les débats pour que le non l’emporte. La commune pourrait arguer de faire des économies dans des dépenses qui pourraient apparaître superflues, pour faire de la sécurité une priorité. Nombre d’autres communes, ont fait ce choix.

Le 03 avril 2015.

Le Bureau National.

Repost 0