Armement des Policiers Municipaux : des Préfets à Géométrie Variable - lettre ouverte au Gouvernement

Publié le 25 Avril 2015

Armement des Policiers Municipaux : des Préfets à Géométrie Variable - lettre ouverte au Gouvernement

Suite aux attentats, le SDPM avait été reçu au cabinet du Ministre de l'Intérieur, puis, information avait été donnée à l'ensemble des organisations représentant la profession, que les Préfets ne refuseraient pas (ou plus) l'armement des policiers municipaux, dès lors que les conditions légales (à savoir l'exercice de certaines missions) seraient remplies.

Manifestement, 3 mois après, l'information a du mal à arriver jusqu'au oreilles des Préfets locaux... c'est le moins que l'on puisse dire !

Pourtant, le Ministère sait très bien que les forces d'état, Police Nationale et Gendarmerie, sont au bout de leurs moyens humains pour assurer la sécurité. Ainsi, notre appel au droit de retrait des policiers non armés, suivant les attentats, avait fortement gêné les Maires, jusqu'à la place Beauvau...

Aujourd'hui, face à une nouvelle menace pesant sur les églises chrétiennes, le Ministre plaide pour que les maires associent plus encore les Polices Municipales...

Mais avec quoi Monsieur le Ministre ? Une bombe lacrymogène ? un stylo ?

Il propose également « l'implication », lorsque c'est possible, des « polices municipales », et « la possibilité de faire organiser par les responsables des paroisses un dispositif d'observation des abords des églises au moment des offices ». Reste à savoir, sur une éventuelle implication des polices municipales, ce qu'en penseront les maires.

maire info

Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les Préfets et les Maires,  voulez-vous transformer les Policiers Municipaux en cibles vivantes ?

Ceci est d'autant plus troublant, lorsque certains Préfets rappellent que les Maires sont les premiers responsables de la sécurité sur leur ville, et doivent participer à l'effort de paix publique, aux côtés de l'Etat, comme le rappelle le Préfet de la Haute Vienne :

Lettre du Préfet de la Haute-Vienne

Alors que d'autres Préfets, comme ceux de la Vendée, de l'Aube ou de l'Ariège, estiment que les Policiers n'ont pas à être armés, et donc n'ont pas à se défendre, le cas échéant, face à un délinquant ou un terroriste armé.

Pire, le Préfet de l'Aube propose aux Maires que les Policiers Municipaux soient accompagnés des Gendarmes !

Au lieu de seconder les forces d'état et de leur faciliter la tâche, ce Préfet propose ni plus, ni moins, que de rajouter du travail aux Gendarmes déjà débordés, en chaperonant les Policiers Municipaux !

Nous demandons donc au Ministre de tenir ces engagements.

- il ne peut pas d'un côté vouloir associer la Police Municipale aux missions les plus à risques, 

- rappeler via certains Préfets que la Police Municipale est le premier rempart contre l'insécurité,

- et de l'autre permettre et laisser agir, des Préfets qui refusent l'armement de toute police municipale sur leur département entier, au mépris non seulement de la Loi, de la liberté des communes, et pour des motifs plus que légers et que nous estimons relever soit de l'idéologie, soit du préjugé.

 

Lettre du Préfet de l'Aube - Lettre du Préfet de la Vendée

Le préfet de l’Ariège coupe court à toutes spéculations
Il y a quelques jours, Nathalie Marthien a répondu de manière défavorable à l’armement des policiers municipaux de Pamiers. Parmi ses arguments le nombre de faits de délinquance qui ne justifient en rien cette décision.

ariegenews

On pourrait relever également les propos honteux et irresponsables de la Journaliste de Ariegenews, qui affecte peut-être les sensibilités locales, par sa désinformation :

Quand on a connu la période de la Seconde Guerre mondiale, les agissements de la milice, la déportation, il est des sujets qui peuvent rappeler de mauvais souvenirs.

ariegenews

Nous en appelons donc au Premier Ministre et au Ministre de l'Intérieur, pour faire preuve de cohérence et de responsabilité.

Soit vous reconnaissez l'indispensable implication des Policiers Municipaux dans la luttre contre l'Insécurité et le maintient de la paix publique, et vous n'en faîtes pas des cibles humaines. Ordonnez donc aux Préfets, par voie de circulaire, de respecter la Loi et de ne pas s'opposer aux Maires qui veulent armer leur service de Police Municipale.

Ou alors, sortez les Policiers Municipaux de la voie publique, ce qui serait catastrophique, bien entendu, pour la sécurité et la tranquilité publique. Le sentiment d'insécurité exploserait alors. La classe politique devrait en prendre les responsabilités.

Les SDPM n'attendra pas les hypothétiques réponses et actes du Gouvernement pour agir.

Le Bureau National

Le 25 avril 2015.

Ecoutez les denières interventions radio et TV du SDPM :

Repost 0