Police Municipale : les oubliés de la République, Lettre au Président

Publié le 10 Juillet 2017

Police Municipale : les oubliés de la République,  Lettre au Président

Monsieur le Président de la République,

 

Vous venez d’accéder aux plus hautes fonctions de la République, et il est temps que vous soyez informé de la désastreuse situation de la première force de sécurité sur l’espace public, les policiers municipaux.

Je ne m’attarderai pas sur la démonstration de la place de la police municipale, dans la lutte contre l’insécurité et le terrorisme : ceci n’est plus discutable, rapports et faits sont là.

Pourtant, les Policiers Municipaux demeurent les parias des forces de sécurité : armement et moyens de protection à libre discrétion, voire, fantaisie des maires, salaires indignes et retraite égale au seuil de pauvreté. Tout ceci confine au mépris de l’état républicain – comprenant les édiles locaux – à l’égard de ces professionnels.

Pourtant, depuis plus de 3 ans, tous sont au front, et selon les directives gouvernementales, tous, sans exception, participent à l’effort du rétablissement de la sécurité en France.

Tous sont exposés aux pires risques, et les commémorations trop nombreuses, viennent nous le rappeler, à chacun de nous.

Cette situation ne fait pas honneur à la République.

Et encore une fois, l’esprit n’est pas étranger à la matière : si les ERIS (administration pénitentiaire) sont conviés au défilé du 14 juillet – ce que nous louons - la République oublie encore et toujours les Policiers Municipaux.

Notre Organisation, respectée et écoutée, se démènera aujourd’hui et demain, pour que cela soit dit !

C’est avec mon plus profond respect eu égard à votre fonction, qu’il m’est inspiré de croire que vous serez sensible à ces mots.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, mes respectueuses salutations. 

Le Président National

C. MICHEL

Repost 1