Nuisances sonores et insécurité : au Guineau, le ton monte - La Chapelle-Basse-Mer

Publié le 5 Juillet 2010

http://www.ouest-france.fr/design/images/logo_ouestfrancefr.png?version=12

 

http://www.ouest-france.fr/of-photos/2010/06/29/na_2751024_2_px_470_.jpg

Depuis deux ans, les habitants du Guineau demandent à la municipalité qu'un aménagement soit étudié afin de sécuriser leur village et limiter la circulation des poids lourds.

 

Après plusieurs courriers, deux pétitions, quelques entretiens assez froids avec Michel Bouyer, l'adjoint à la voirie, et une demande auprès de la gendarmerie, le collectif estime ne pas être entendu. Aujourd'hui, le ton monte : «'Notre village est en bordure d'une départementale structurante', nous répond le maire. Mais est-ce une raison pour ne rien faire ?, s'indigne Véronique Coutant. Dans de nombreuses villes voisines, des aménagements sont faits. Mais ici, rien ! Nos enfants sont en danger chaque jour pour aller prendre les transports scolaires : c'est inadmissible ! »


Ce village ancien situé le long de la RD53, descendant du bourg vers la vallée, est sillonné par un flot incessant de véhicules dont de nombreux camions qui, dans le virage, frôlent les maisons de façon dangereuse. À certains endroits, le trottoir est inexistant. Les maisons, pour la plupart anciennes, n'ont pas de garage, et les habitants n'ont qu'une solution : se garer sur les quelques mètres de trottoir existants, ce qui rend difficile le passage des piétons.

 

« Les aménagements qui ont été faits par la municipalité sont dérisoires et inadaptés face à une circulation de poids lourds qui ne cesse d'augmenter, argumente Rémy Charles. Nous ne sommes pas entendus. On nous répond seulement que ce sont les automobilistes qui manquent de civisme ! »


Du coup, les habitants se sont tournés vers le conseil général qui, par lettre datée du 14 juin, informe les habitants que leur village est situé en agglomération et que sa « sécurisation incombe à la municipalité, qui doit engager des études de faisabilité sur le retraitement de cette route. Mais à ce jour, aucun projet communal n'a été porté à la connaissance du conseil général gestionnaire du réseau routier départemental. »


Ce problème rappelle une fois encore qu'il y a urgence à aménager des voies de contournement pour les nombreux poids lourds circulant sur le territoire de la Communauté de communes Loire-Divatte.

 

source : www.ouest-france.fr

Rédigé par SDPM

Publié dans #politique et sécurité

Repost 0