Jean-Paul Garraud, magistrat et personnalité politique demande l'armement des policiers municipaux

Publié le 23 Novembre 2015

Jean-Paul Garraud, Avocat Général à Poitiers.

 

J'ai formulé lors de cette conférence de presse plusieurs observations et propositions qui ne figurent pas sur l'édition numérique du journal et seulement pour deux d'entre elles dans un petit encadré sur la version papier...

Je complète donc:

- On se rappellera, pour mémoire, que depuis plus de 10 ans, j'ai multiplié les interventions, communiqués et articles sur la nécessité d'une vidéoprotection à Libourne (33). A l'époque, j'étais taxé de liberticide et de sécuritaire. Pour les beaux esprits, je me situais au niveau de l'âge des cavernes face à la brillante intelligence qu'ils incarnaient. L'ombre face à la lumière...

Aujourd'hui, ceux qui me critiquaient sont devenus les chantres d'une nouvelle ère tournée vers une sécurité indispensable pour nos concitoyens. Quel retournement de situation !

Dont acte, sauf que le compte n'y est pas.

- La vidéoprotection ne sera efficace que lorsqu'elle permettra d'intervenir le plus rapidement possible et même avant la commission d'infraction, quand la situation dégénère, que le passage à l'acte est imminent. C'est la meilleure des préventions ! Or, tant qu'il n'y aura pas un véritable centre de supervision urbain, c'est à dire un visionnage en direct des secteurs sensibles de la ville, l'efficacité ne sera pas au rendez-vous. Des villes de l'importance de Libourne l'ont fait. Pourquoi attendre encore ? 

- Les policiers municipaux constituent la véritable police de proximité. Je me bats depuis de nombreuses années pour le renforcer leurs prérogatives.

A Libourne, 2 PM de plus, c'est insuffisant. 

Par ailleurs, Il est aussi indispensable d'utiliser la police municipale au maximum des possibilités légales. En tant qu'agent de police judiciaire adjoint, le policier municipal peut constater n'importe quelle infraction et même, dans le cas des délits, contraindre le délinquant et l'amener devant un OPJ. Si le Maire décide par exemple de mettre enfin un terme à des petits trafics de cannabis situés toujours aux mêmes endroits, il suffit de missionner la police municipale à cette fin pour qu'on y mette fin, en liaison avec la gendarmerie et le Procureur.

- La police municipale bénéficie à présent au niveau national d'une excellente formation en matière d'armes. Il serait absurde et dangereux qu'elle ne dispose pas d'un armement au moment où les policiers en civils et hors service ont la possibilité de porter leurs armes ! 

Ne pas être armés alors qu'ils sont en tenue, sur la voie publique, en service, au moment où nous nous trouvons en plan vigipirate rouge (alerte attentat) et en état d'urgence prolongés, c'est irresponsable. Le policier municipal doit pouvoir assurer ses missions de sécurité en protégeant ses concitoyens. 

La province ne sera pas à l'abri quand on sait que des milliers d'individus se promènent librement sur le territoire en détestant la France et tout ce qu'elle représente. 

Le policier municipal ne doit pas être une cible ! 

- Dans une démarche totalement exceptionnelle, j'ai demandé au Maire de me confier dans le cadre d'une délégation la responsabilité de la sécurité de la ville. Cela a été refusé. 

Comme quoi, l'union sacrée à de sacrées limites....

Je connais par cœur le fonctionnement des forces de l'ordre et de la Justice, je suis totalement impliqué sur ces questions depuis 30 ans, j'ai porté les lois pour la protection des victimes, je suis magistrat référent contre le terrorisme sur 4 départements actuellement...

Manifestement, la politique politicienne a ses raisons que la raison ignore et on sait bien pourquoi.

Ma démarche était uniquement motivée par l'impérieuse nécessité d'agir vite dans le seul intérêt général, les libournais apprécieront.

- Lors de cette conférence de presse, j'ai lancé un appel à l'imam de Libourne, non repris par Sud-ouest. 

En effet, il m'a été rapporté qu'une jeune femme entièrement voilée, sauf le visage,s'était présentée 3 jours après les attentats dans un grand magasin de Libourne. 

L'ensemble des clients ont eu peur. On peut cacher n'importe quoi sous de tels vêtements. 

De plus, il est évidemment très provocateur de porter une telle tenue dans le contexte actuel. 

Je demande à M. L'imam, s'il a une quelconque autorité sur sa communauté, d'y remédier.

Ne voulant pas agiter les peurs, il ne faut pas néanmoins se cacher la situation. 

En 2015, la France est entrée violemment dans ce XXIéme siècle comme elle l'avait fait en 1914 pour le siècle précédent. 

Rien ne sera plus comme avant. 

La lutte sera longue.

Tous ces drapeaux tricolores brandis, toutes ces marseillaises chantées au 4 coins du monde, tous ces héros du 13 novembre qui se sont sacrifiés pour prendre les balles à la place de leurs parents, amis, voisins, tout ceci me laisse un grand espoir sur la faculté historique de cette France profonde à se relever quand elle en danger. 

Vive la France.

 

Jean-Paul GARRAUD.

Jean-Paul GARRAUD est ancien député et rapporteur de nombreuses Lois sur la sécurité (voile intégral...). Magistrat, Procureur Général Hors Hierarchie à la Cour d'Appel de Poitiers, ayant autorité sur 4 départements et référent terrorisme. Il est Président National de l'Association Professionnelle des Magistrats et enfin conseiller municipal à Libourne (33).
Depuis de nombreuses années, il soutient les Policiers Municipaux et l'action du SDPM.

Repost 0