Social : l'AMF s'oppose à la revalorisation des Policiers Municipaux, il est temps d'agir !

Publié le 12 Avril 2016

Social : l'AMF s'oppose à la revalorisation des Policiers Municipaux, il est temps d'agir !

Dans un communiqué du 16 octobre 2015, le SDPM vous indiquait qu'aucune évolution sociale n'était à prévoir et que l'Association des Maires de France (AMF) opposerait son droit de veto. 

Malgré cela, la Commission consultative des polices municipales (CCPM), composée de fédérations généralistes, continuait ses groupes de travail en prétendant qu'elle travaillait à l'évolution de la profession.

Bien au contraire, l'AMF et comme nous l'avions prévu, a rendu son avis le 31 mars dernier : aucune évolution indemnitaire pour les Policiers municipaux, malgré ses engagements de 2013.

Il est affligeant de constater que les fédérations généralistes, semblent aujourd'hui tomber de haut, elles qui auraient apparement cru au miroir aux alouettes, bien que le SDPM dénonçait la supercherie depuis longtemps. Consciemment ou non, il est évident que les fédérations généralistes au sein de la CCPM, se sont faîtes balader...

Et nous en voulons pour preuve, le fait que la CCPM soit présidée par M. Christian ESTROSI : celui-ci est Vice-Président de l'AMF, association qui a voté à l'unanimité contre la revalorisation indemnitaire des Policiers Municipaux.

Depuis des lustres, le SDPM dénonce le fait qu'aucun texte, ni aucune réelle évolution n'est sortie de cette commission. Pire, lorsque la CCPM souhaite faire évoluer la réglementation sur les caméras-piétons, le SDPM doit intervenir énergiquement auprès des Parlementaires pour que l'utilisation de celles-ci ne soit pas exclusivement limitée aux seules ZSP (lire ici).

Force est de constater que la CCPM n'est qu'une instance fantoche qui ne sert qu'à vouloir endormir les policiers municipaux et le dialogue social.

650 millions pour les nationaux, rien pour les municipaux !

Aujourd'hui, la Gendarmerie et la Police Nationale viennent de signer un accord de revalorisation avec le Ministère, eu égard à l'évolution de leurs contraintes (650 millions d'€uros)...

Pendant ce temps, on demande "aux maires" de s'associer de manière indéfectible à la sécurisation de leur commune, aux Policiers Municipaux de surveiller les lieux de culte, de lutter activement contre la délinquance, de sécuriser les transports publics et d'accentuer les contrôles routiers...

souvent sans armement et sans aucune évolution sociale et statutaire...

La profession doit comprendre, qu’aucune avancée sociale ne se faire sans démonstration de force : ensuite le dialogue PEUT s’installer.

Ainsi, le SDPM demande à tous les Policiers Municipaux :

- de ne pas appliquer la circulaire sur l'accroissement des contrôles et de la verbalisation routière et d'aller plus loin en cessant toute verbalisation, exceptée les infractions graves accidentogènes ;

- de refuser toute mission de maintien de l'ordre, alors que les Policiers Municipaux sont extrêmement sollicités en ce moment. Le SDPM rappelle que le maintien de l'ordre, au sens légal du terme, concerne toute action d'encadrement, de sécurisation, d'intervention ou de dispersion sur un attroupement ou une manifestation susceptible de dégénérer et que ces actions sont réservées aux seules forces de police d'état. 

Il faut démontrer une mobilisation sans faille et sur la durée, afin de maintenir la pression et aider le SDPM dans la défense de la profession.

Ces actions immédiates doivent venir en complément d'une action forte, et le SDPM appelle tous les représentants des organisations professionnelles à se mobiliser pour dénoncer cette injustrice !

Combien faudra-t-il de morts encore pour que la caste politique  daigne se pencher sur le sort des Policiers Municipaux ?

A l'aube d'échéances électorales majeures, le SDPM va être reçu par des personnalités de premier plan. Le SDPM se positionnera clairement quand aux projets de sécurité de l’ensemble des candidats aux diverses élections et à leur volonté démontrée de les faire aboutir.

 

Le Bureau National, le 12 avril 2016.

 

Faîtes tourner ce communiqué et engagez vous !

Repost 0